Make-up artist-kapper van het huwelijk, een hele kunst!

Tu veux bien te présenter et nous raconter comment tu es arrivée dans ce métier de maquilleuse / coiffeuse?

Laetitia de RadzitzkyJe m’appelle Laetitia, bruxelloise de 27 ans et j’ai fait des études d’assistante en psychologie. Pendant mes études, vers 18 ans, j’ai commencé à m’intéresser à la coiffure et au maquillage. Lors de mes sorties, mes amies aimaient beaucoup la façon dont je me coiffais et rapidement elles m’ont demandé de les coiffer ou de les maquiller avant une sortie ou un événement. Ensuite est venu le moment de choisir un master, mais aucune filière ne m’attirait particulièrement.J’ai donc commencé en simultanée une formation en coiffure et maquillage, ce qui m’a permis d’aller travailler dans les salons de coiffure classiques. J’ai rapidement compris que les coupes et les colorations n’étaient pas vraiment mon truc mais que j’avais un coup de cœur pour les chignons, c’est vraiment ce qui me plait le plus. Après un passage dans un salon de coiffure classique, j’ai travaillé pendant 9 mois chez quelqu’un qui s’occupait uniquement de coiffure et de maquillage d’événements. C’est là que j’ai appris toute la technique, la rigueur, la visualisation et à bien comprendre les attentes des clientes. Je peux reproduire ce que la personne désire, tout en personnalisant la coiffure et en y ajoutant de la créativité.
Depuis 2018, je vole de mes propres ailes.

J’ai vu le résultat de ton travail et j’adore, il est classe, élégant, romantique, pas trop strict… Comment es-tu arrivée dans ce style?

J’adore le côté un peu flou, champêtre pas trop classique.
Le coiffé-décoiffé a toujours été quelque chose qui m’attire parce que je m’y sens bien.
Ce qui est important, c’est d’avoir une coiffure qui vous ressemble, même si c’est une coiffure d’événement.
Et c’est également ce que je dis à mes clientes: “il faut que cela vous plaise et que vous vous sentiez bien, sinon cela se ressentira sur toutes les photos!
Et finalement mes études de psycho m’ont beaucoup aidé pour facilement m’adapter aux clientes qui préfèrent quelque chose d’un peu plus classique.

Quand une personne n’a aucune idée de la façon dont elle voudrait être coiffée ou maquillée…comment fais-tu pour gérer ça?

J’ai effectivement beaucoup de mariées qui ne savent pas du tout ce qu’elle veulent pour leur mariage et ce n’est pas grave car ça arrive souvent !
C’est également là que mon bagage de psycho intervient. Il me permet de vite comprendre la personne que j’ai en face de moi, de comprendre sa personnalité et de cerner ses envies.
Quand les futures mariées me montrent des photos, je recherche ce qui les attire ou justement ce qu’elles n’aiment pas du tout.
On décortique ensemble les photos et en posant quelques questions, j’arrive rapidement à cerner ce qu’elle aime. Ensuite on fait un essai coiffure et un essai maquillage, et on revoit ensemble ce qui va et ce qui ne va pas, pour que je puisse améliorer la coiffure et le maquillage pour le jour J.
C’est la raison pour laquelle l’essai est primordial et qu’il sera toujours compris dans mon prix.
Cela permet de se connaître, moi je sais ce qu’elle veut et pour la mariée c’est un sacré stress en moins le jour du mariage.

Quels conseils donnerais-tu aux mariées, à faire ou à ne pas faire les semaines avant le jour J?

Concernant la coiffure ce serait de ne plus se couper les cheveux à partir du moment où elles ont leur date de mariage, et encore moins trois semaines avant le mariage (rire), il vaut mieux éviter les grandes transformations capillaires à ce moment-là !
Je préfère que le jour J les cheveux soient un rien plus longs qu’à l’essai car des cheveux trop courts peuvent changer beaucoup de choses.
Si jamais on veut faire par exemple un balayage, ce qui est très joli, il faut vraiment le tester longtemps à l’avance. Ainsi, si jamais cela n’a pas l’effet désiré on peut encore le rattraper avec le temps.

Concernant le maquillage, ce serait d’éviter de faire un énorme soin du visage trop proche du mariage.
La peau a besoin de temps pour atténuer les petites rougeurs et donc je déconseille vraiment de faire cela au minimum une semaine avant le mariage.
Autre exemple, pour le spraytan, une sorte d’autobronzant, il faut compter plus ou moins deux jours avant d’arriver à un teint naturel. Mais n’oubliez pas de tester les produits avant, pour être sûr de la réaction que ceux-ci auront sur votre peau.

Quel est pour toi le côté que tu préfères dans ton métier?

Le côté que j’adore, c’est la joie, le partage, les émotions, c’est super intense. Lors des préparatifs, il y a toujours une bonne énergie, tout le monde est de bonne humeur. On partage un moment tellement intime, où beaucoup de choses se disent entre copines, entre témoins… C’est un moment qui soude les amis, les familles et finalement on fait partie de ce moment, on fait partie de cette journée et je trouve ça vraiment très beau.

Comment te prépares-tu avant un mariage?

Je fais en sorte de bien dormir, ça c’est primordial. Toutes mes affaires sont prêtes la veille pour que je n’aie plus qu’à les prendre le
matin quand je pars. Et puis une fois sur place, je reprends mes notes que j’ai prises pendant les essais et ça a un côté très rassurant. Il y a toujours une petite nervosité intérieure mais une fois que je suis occupée, je suis dans ma bulle et concentrée… mais cela ne m’empêche pas de profiter du moment, de discuter, d’écouter et de relativiser les petits stress de dernières minutes dont je suis témoin.

Quel est le moment qui t’émeut le plus dans la préparation d’une mariée?

Sans aucun doute, le moment où le papa de la mariée découvre sa fille…
Depuis le décès de mon papa, c’est un moment qui a pris une autre dimension. C’est très fort en émotions, je trouve ça juste magnifique.

Quand tu es toi-même invitée à un mariage, as-tu tendance à remarquer les défauts dans les maquillages ou coiffures des gens qui t’entourent?

Tout le temps ! Oui, tout le temps et c’est insupportable ! (rires)
Ce qui est compliqué, c’est que souvent lorsque je suis invitée, je suis également prestataire.
J’ai donc toujours un œil sur la mariée et celles dont je me suis occupées le matin…
Il m’arrive fréquemment en passant devant le vestiaire, de voir quelqu’un se débattre avec sa coiffure et bien évidemment je lui propose toujours mon aide.
Je ne peux pas faire autrement. J’ai ce petit côté perfectionniste qui m’oblige à le faire. Mais c’est toujours avec tellement de plaisir!

Où te vois-tu dans 5 ou 10 ans?

Je rêverais que mon activité continue à grandir, que je puisse l’exercer à plein temps.
Pas seulement le weekend mais aussi la semaine.
Ce métier, c’est ma bulle d’air. Il y en a qui aiment faire du sport, d’autres qui aiment peindre et moi ce sont mes coiffures et mes maquillages.
Tous ces moments tellement intenses m’ont permis de traverser beaucoup de choses et j’espère donc que cette petite bulle pourra continuer à grandir.

Quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui commence dans le métier?

Se renouveler.
Il faut rester au courant de tout, continuer à se former, connaître les tendances du moment.
Dans ce métier, tellement de choses passent par l’observation, et cela à travers les vidéos, les films, les influenceuses…
Ce n’est pas pour autant qu’il faut faire comme elles mais cela nous permet de rester dans l’air du temps et cela nous demande une certaine capacité d’adaptation.

Quelles seraient selon toi les qualités les plus importantes dans ce métier?

S’adapter et savoir se remettre en question d’une part…
Mais s’il y a une chose qui est primordiale, c’est l’empathie.
Se mettre à la place de l’autre et comprendre qui on a en face de soi est très important.
Car finalement, c’est la personne dont je m’occupe qui doit être contente, donc il faut laisser de la place à l’autre personne par rapport à ce qu’elle désire et cela passe en grande partie par l’empathie et l’écoute de l’autre.

Quel serait le message avec lequel tu voudrais clôturer cette interview?

Ce serait un message pour nos mariées.
Dans les coulisses, la mariée me demande souvent : “est-ce que ça se fait de faire ci, est-ce que je dois faire ça comme ça, est-ce que je dois absolument mettre un voile… ?”.
Soyez vous-même, c’est votre mariage. Ce n’est pas la tradition qui se marie.
La tradition, c’est bien si vous y adhérez. Le mariage, ce sont deux personnes qui s’unissent. Que les fleurs aient cette couleur-ci ou celle-là, que les cheveux soient en semi-attachés ou en chignon, ce n’est pas très important. Ce qui est important, c’est l’amour entre deux personnes qui s’aiment.
On se marie pour soi et pas pour les autres.

Vous pouvez retrouver Laetitia sur Facebook et Instagram

Make-up artist-hairdresser of marriage, a whole art!

Tu veux bien te présenter et nous raconter comment tu es arrivée dans ce métier de maquilleuse / coiffeuse?

Laetitia de RadzitzkyJe m’appelle Laetitia, bruxelloise de 27 ans et j’ai fait des études d’assistante en psychologie. Pendant mes études, vers 18 ans, j’ai commencé à m’intéresser à la coiffure et au maquillage. Lors de mes sorties, mes amies aimaient beaucoup la façon dont je me coiffais et rapidement elles m’ont demandé de les coiffer ou de les maquiller avant une sortie ou un événement. Ensuite est venu le moment de choisir un master, mais aucune filière ne m’attirait particulièrement.J’ai donc commencé en simultanée une formation en coiffure et maquillage, ce qui m’a permis d’aller travailler dans les salons de coiffure classiques. J’ai rapidement compris que les coupes et les colorations n’étaient pas vraiment mon truc mais que j’avais un coup de cœur pour les chignons, c’est vraiment ce qui me plait le plus. Après un passage dans un salon de coiffure classique, j’ai travaillé pendant 9 mois chez quelqu’un qui s’occupait uniquement de coiffure et de maquillage d’événements. C’est là que j’ai appris toute la technique, la rigueur, la visualisation et à bien comprendre les attentes des clientes. Je peux reproduire ce que la personne désire, tout en personnalisant la coiffure et en y ajoutant de la créativité.
Depuis 2018, je vole de mes propres ailes.

J’ai vu le résultat de ton travail et j’adore, il est classe, élégant, romantique, pas trop strict… Comment es-tu arrivée dans ce style?

J’adore le côté un peu flou, champêtre pas trop classique.
Le coiffé-décoiffé a toujours été quelque chose qui m’attire parce que je m’y sens bien.
Ce qui est important, c’est d’avoir une coiffure qui vous ressemble, même si c’est une coiffure d’événement.
Et c’est également ce que je dis à mes clientes: “il faut que cela vous plaise et que vous vous sentiez bien, sinon cela se ressentira sur toutes les photos!
Et finalement mes études de psycho m’ont beaucoup aidé pour facilement m’adapter aux clientes qui préfèrent quelque chose d’un peu plus classique.

Quand une personne n’a aucune idée de la façon dont elle voudrait être coiffée ou maquillée…comment fais-tu pour gérer ça?

J’ai effectivement beaucoup de mariées qui ne savent pas du tout ce qu’elle veulent pour leur mariage et ce n’est pas grave car ça arrive souvent !
C’est également là que mon bagage de psycho intervient. Il me permet de vite comprendre la personne que j’ai en face de moi, de comprendre sa personnalité et de cerner ses envies.
Quand les futures mariées me montrent des photos, je recherche ce qui les attire ou justement ce qu’elles n’aiment pas du tout.
On décortique ensemble les photos et en posant quelques questions, j’arrive rapidement à cerner ce qu’elle aime. Ensuite on fait un essai coiffure et un essai maquillage, et on revoit ensemble ce qui va et ce qui ne va pas, pour que je puisse améliorer la coiffure et le maquillage pour le jour J.
C’est la raison pour laquelle l’essai est primordial et qu’il sera toujours compris dans mon prix.
Cela permet de se connaître, moi je sais ce qu’elle veut et pour la mariée c’est un sacré stress en moins le jour du mariage.

Quels conseils donnerais-tu aux mariées, à faire ou à ne pas faire les semaines avant le jour J?

Concernant la coiffure ce serait de ne plus se couper les cheveux à partir du moment où elles ont leur date de mariage, et encore moins trois semaines avant le mariage (rire), il vaut mieux éviter les grandes transformations capillaires à ce moment-là !
Je préfère que le jour J les cheveux soient un rien plus longs qu’à l’essai car des cheveux trop courts peuvent changer beaucoup de choses.
Si jamais on veut faire par exemple un balayage, ce qui est très joli, il faut vraiment le tester longtemps à l’avance. Ainsi, si jamais cela n’a pas l’effet désiré on peut encore le rattraper avec le temps.

Concernant le maquillage, ce serait d’éviter de faire un énorme soin du visage trop proche du mariage.
La peau a besoin de temps pour atténuer les petites rougeurs et donc je déconseille vraiment de faire cela au minimum une semaine avant le mariage.
Autre exemple, pour le spraytan, une sorte d’autobronzant, il faut compter plus ou moins deux jours avant d’arriver à un teint naturel. Mais n’oubliez pas de tester les produits avant, pour être sûr de la réaction que ceux-ci auront sur votre peau.

Quel est pour toi le côté que tu préfères dans ton métier?

Le côté que j’adore, c’est la joie, le partage, les émotions, c’est super intense. Lors des préparatifs, il y a toujours une bonne énergie, tout le monde est de bonne humeur. On partage un moment tellement intime, où beaucoup de choses se disent entre copines, entre témoins… C’est un moment qui soude les amis, les familles et finalement on fait partie de ce moment, on fait partie de cette journée et je trouve ça vraiment très beau.

Comment te prépares-tu avant un mariage?

Je fais en sorte de bien dormir, ça c’est primordial. Toutes mes affaires sont prêtes la veille pour que je n’aie plus qu’à les prendre le
matin quand je pars. Et puis une fois sur place, je reprends mes notes que j’ai prises pendant les essais et ça a un côté très rassurant. Il y a toujours une petite nervosité intérieure mais une fois que je suis occupée, je suis dans ma bulle et concentrée… mais cela ne m’empêche pas de profiter du moment, de discuter, d’écouter et de relativiser les petits stress de dernières minutes dont je suis témoin.

Quel est le moment qui t’émeut le plus dans la préparation d’une mariée?

Sans aucun doute, le moment où le papa de la mariée découvre sa fille…
Depuis le décès de mon papa, c’est un moment qui a pris une autre dimension. C’est très fort en émotions, je trouve ça juste magnifique.

Quand tu es toi-même invitée à un mariage, as-tu tendance à remarquer les défauts dans les maquillages ou coiffures des gens qui t’entourent?

Tout le temps ! Oui, tout le temps et c’est insupportable ! (rires)
Ce qui est compliqué, c’est que souvent lorsque je suis invitée, je suis également prestataire.
J’ai donc toujours un œil sur la mariée et celles dont je me suis occupées le matin…
Il m’arrive fréquemment en passant devant le vestiaire, de voir quelqu’un se débattre avec sa coiffure et bien évidemment je lui propose toujours mon aide.
Je ne peux pas faire autrement. J’ai ce petit côté perfectionniste qui m’oblige à le faire. Mais c’est toujours avec tellement de plaisir!

Où te vois-tu dans 5 ou 10 ans?

Je rêverais que mon activité continue à grandir, que je puisse l’exercer à plein temps.
Pas seulement le weekend mais aussi la semaine.
Ce métier, c’est ma bulle d’air. Il y en a qui aiment faire du sport, d’autres qui aiment peindre et moi ce sont mes coiffures et mes maquillages.
Tous ces moments tellement intenses m’ont permis de traverser beaucoup de choses et j’espère donc que cette petite bulle pourra continuer à grandir.

Quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui commence dans le métier?

Se renouveler.
Il faut rester au courant de tout, continuer à se former, connaître les tendances du moment.
Dans ce métier, tellement de choses passent par l’observation, et cela à travers les vidéos, les films, les influenceuses…
Ce n’est pas pour autant qu’il faut faire comme elles mais cela nous permet de rester dans l’air du temps et cela nous demande une certaine capacité d’adaptation.

Quelles seraient selon toi les qualités les plus importantes dans ce métier?

S’adapter et savoir se remettre en question d’une part…
Mais s’il y a une chose qui est primordiale, c’est l’empathie.
Se mettre à la place de l’autre et comprendre qui on a en face de soi est très important.
Car finalement, c’est la personne dont je m’occupe qui doit être contente, donc il faut laisser de la place à l’autre personne par rapport à ce qu’elle désire et cela passe en grande partie par l’empathie et l’écoute de l’autre.

Quel serait le message avec lequel tu voudrais clôturer cette interview?

Ce serait un message pour nos mariées.
Dans les coulisses, la mariée me demande souvent : “est-ce que ça se fait de faire ci, est-ce que je dois faire ça comme ça, est-ce que je dois absolument mettre un voile… ?”.
Soyez vous-même, c’est votre mariage. Ce n’est pas la tradition qui se marie.
La tradition, c’est bien si vous y adhérez. Le mariage, ce sont deux personnes qui s’unissent. Que les fleurs aient cette couleur-ci ou celle-là, que les cheveux soient en semi-attachés ou en chignon, ce n’est pas très important. Ce qui est important, c’est l’amour entre deux personnes qui s’aiment.
On se marie pour soi et pas pour les autres.

Vous pouvez retrouver Laetitia sur Facebook et Instagram